Vainqueur du volant Elf 1971, Patrick Tambay semblait promis à
une ascension rapide, mais le chemin vers la F1 sera plus long
que  prévu  pour  l'ancien  skieur.   Ses adversaires  d'alors  se
nomment,  entre  autres,  Laffite,  Jabouille,  Leclère,  Pironi  et
Arnoux. En 1977,  à l'aube  d'une quatrième  saison de F2, il part
vers les USA  disputer  le championnat  CanAm  qu'il  remporte.
Cette même  année, il  débute enfin en GP.  Au volant de sa mo-
deste Ensign, le français impressionne. Ferrari lui offre un con-
trat pour 1978, mais Tambay signe chez  McLaren. Après  deux
saisons décevantes, il  se retrouve  sans volant. Nouvel exil ga-
gnant en 1980 en CanAm  avec l'écurie Newman/Haas. En 1981 il
effectue  quelques  "piges"  en F1  chez Théodore et Ligier.  La
seconde carrière de Patrick Tambay commence en 1982. Après
l'accident  fatal  de  son  ami  Gilles Villeneuve, il  est  choisi par
Ferrari  pour épauler  Didier Pironi. Le lendemain  de  l'accident
de  ce  dernier à  Hockenheim,  Tambay remporte  sa première
victoire en GP. Confirmé en 1983, il réalise  sa meilleure saison
s'annonçant comme un  concurrent sérieux  pour  le  titre. Une
fin de saison plus difficile le verra terminer quatrième du cham-
pionnat, après  avoir  remporté le GP de San Marin et signé qua-
tre poles positions. Ses trois dernières  saisons chez  Renault
en 1984 et 1985 et Lola en 1986  ne  lui  apporteront  que peu de
satisfactions. Il a également couru les 24 heures du Mans pour
Renault et Jaguar  et participé à de nombreux rallyes raids. Son
fils  Adrien est  aujourd'hui  un solide  espoir du  sport automo-
bile français.