Le sport  automobile compte très peu de champions
d'exception. Alain Prost  est de ceux-là.  L'ascension
du volant Elf 1976 sera  météorique  puisque trois ans
plus tard,  le pilote  français  est  invité à essayer une
McLaren, écurie avec  laquelle il fera en 1980, ses pre-
mières armes en F1. 1981, premier  deal avec Renault
et première victoire au  GP de France à Dijon. Cinquan-
te autres  suivront  avec une  moyenne d'une victoire
pour quatre  GP disputés !  Quatre titres de champion
du monde et  autant de  titres  de vice-champion vont
bâtir  la  légende Prost.  Son regret  sera peut-être de
ne pas  avoir été titré avec une écurie cent pour  cent
française. Son dernier titre acquis  avec une  Williams
Renault  en 1993,  après une année sabbatique, viendra
clore  son exceptionnel  parcours en  F1. Devenu cons-
tructeur, il ne  connaîtra  pas le même  succès. Depuis
2003, le  natif de  Saint-Chamond  s'est découvert  une
passion pour les  courses sur  glace et  participe avec
succès au trophée Andros.