A ses  débuts, Niki Lauda  était  le seul  à croire  en son talent.
En 1971, ll  s'achète  un volant  chez March en F2 puis F1 grâce
à de nombreux prêts, dont  celui de la Raiffeisen Bank  dont il
portera  longtemps  le célèbre  logo. En 1972, ses prestations
sont  modestes, mais en  1973, il parvient  à se mettre en évi-
dence au  volant de  la troisième voiture  de l'écurie BRM. Pari
réussi puisque en 1974, il est  recruté par Ferrari. Il remporte
ses deux premières victoires et termine à la quatrième place
du championnat.  En 1975, Lauda remporte facilement  le titre.
En 1976  le pilote autrichien  écrase la  concurrence, comptant
31 points d'avance sur son second, Scheckter, après neuf GP,
jusqu'à ce 1er août et  cet  accident  sur le  circuit du Nürburg-
ring  qui  l'obligera à  se  battre contre un nouvel adversaire...
Lauda reçoit  l'extrême-onction, mais un mois plus tard, dure-
ment marqué, il revient défendre son titre  mais échoue à un
point de son ami James Hunt. Il reprend son bien en 1977.  En
1978, il  rejoint  l'écurie  Brabham qu'il  quitte avant la fin de  la
saison  1979 pour annoncer sa retraite. Il fonde sa compagnie
aérienne la Lauda Air. Contre toute  attente, il  revient en 1982
au sein de l'écurie  McLaren  et  en  1984  il  remporte  le titre,
battant  d'un  cheveu  son équipier Alain Prost.  Il se  retire dé-
finitivement à la  fin  de  la  saison suivante, fort de trois titres
mondiaux et vingt-cinq victoires en Grand Prix.