Dans les années 60, la France comptait pléthore de pi-
lotes talentueux. Il manqua  toujours à l'un  d'eux, pas
le moins  doué,  ce fameux  coup de pouce  du destin
qui lui  aurait permis d'y trouver la place qu'il méritait.
"Sacrifié" des  années  bleues,  Jean-Pierre Jaussaud
remporte enfin  en 1970 sur  sa  Tecno, le  titre F3 qui
lui a si souvent  échappé. Les portes de  la F2 lui sont
à nouveau  ouvertes,  et après  une année  1971 déce-
vante, 1972  voit le  Normand au volant d'une Brabham
privée,  se battre  pour le  titre européen. Il échouera
de  peu  derrière  Mike Hailwood.  A 35 ans, Jaussaud
abandonne  peu  à peu  la  monoplace. Renault Sports
s'attache  ses services  dans le cadre du programme
"endurance". Il connaît une de ses plus grandes joies
en triomphant  au Mans  en 1978 au  volant de  l'Alpine
A442.  Deux  ans  plus  tard, "Papy"  s'y  imposera  une
nouvelle fois au  volant d'une  Rondeau. Il met fin à sa
carrière sportive  en 1982. Il  n'hésite pas, aujourd'hui,
à remettre son casque lors de manifestations histori-
ques.